Currently showing: Sustainable energy > Solar


11 Oct 13 11:17

Bertrand Piccard, initiateur et président du projet Solar Impulse, a trouvé un moyen extraordinaire pour démontrer ce que le courage, l'entrepreunariat et la vision permettent d'accomplir. C'est ce message qui résonnait bien fort hier à la célébration des 150 ans de Swiss de Re à Paris - il porte à nos clients et collaborateurs de sorte qu'ils soient stimulés et encouragés à élaborer des solutions d'assurance qui oeuvrent à la durabilité.

Les actions que nous entreprenons aujourd'hui, quelle qu'en soit la nature, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, ne détermineront pas seulement le climat de demain, mais également notre capacité à répondre aux besoins énergétiques des générations futures.

Les réductions d'émissions conçus ne mettent pas un terme au réchauffement planétaire. Cela signifie que l'adaptation au changement climatique deviendra plus importante encore pour atténuer les effets d'un climat qui change. Il nous faut donc penser à comment d'augmenter la résilience de notre économie et de la société au sens large.


Category: Sustainable energy: Solar

Tags: #Swiss Re 150.


1 Comment

Alicia Montoya - 14 Oct 2013, 2:02 p.m.

Cela a été un débat fascinant... et bien trop court pour faire justice au thème. Mais ce qui m'a le plus intéressé, c’est que les solutions commencent à s'esquisser. Nous discutons désormais de solutions en trois phases :

Dans l'immédiat : nous devons nous concentrer sur les améliorations en matière d’efficacité énergétique des immeubles, des appareils électroniques, des transports publics, des véhicules privés… Mais aussi des centrales électriques existantes : nous avons un important patrimoine énergétique, qu’il faut utiliser le mieux possible. La transition énergétique veut dire que nous devons utiliser les systèmes que nous avons de la meilleure façon possible, et que devons migrer vers de meilleurs systèmes de manière efficace…
Dans le court-terme : il sera important d'ajouter des unités de capture et de stockage de carbone aux centrales à charbon et au gaz (déjà installées et qui seront installées dans le futur - et oui, les énergies fossiles continueront à couvrir une grande part de nos besoins énergétiques pour les décennies à venir).

Mais il sera également important de continuer à investir dans l'innovation, comme les hydroliennes présentées par Jean-François Daviau, issues d'années de recherche et de développement. Ou encore dans le solaire ou le nucléaire, en développant de nouvelles technologies qui ne se fondent pas nécessairement sur celles dont on dispose déjà.

Dans le long-terme : nous devons œuvrer ensemble vers un contexte législatif qui rapproche nos besoins de durabilité de nos réalités économiques quotidiennes. Or les évolutions législatives sont aussi indispensables que lentes : nous aurons par conséquent besoin d’accélérateurs de changement.

Concernant les obstacles auxquels nous faisons face, nous étions tous d'accord : ce qui compte pour le consommateur, c'est bien sa facture. Il y a dix ans, le prix de l’électricité en Allemagne et en France était identique. Après ajustement au revenu disponible des foyers dans les deux pays, nous constatons que le prix en Allemagne est resté stable tandis que le prix en France a augmenté de 30 %. Pourquoi ? Parce que les Allemands touchaient une prime d’incitation aux économies d’énergie. Donc, il faut regarder les structures des primes de rendement pour encourager les comportements durables.

Les Français doivent cependant répondre aux questions suivantes : Comment voulons-nous vivre, travailler et nous déplacer dans nos villes dans le futur ?


If you would like to leave a comment, please, log in.